Personnellement il me paraît inutile d’acheter des livres de Kanji. C’est vrai que cela est bien intéressant de parcourir des Kanji et leurs significations avec des traductions en français mais si vous voulez arriver à lire des journaux japonais ou des romans, il vaudrait mieux ne pas étudier avec des livres de Kanji sinon avec des mots ou des contextes.
Surtout si vous êtes débutant, ce ne sera pas efficace d’apprendre comme ça.

 

Voici, ce sont quelques raisons pour lesquelles vous feriez mieux de ne pas acheter de livres de Kanji.

  • Cela vous démotive facilement.
  • C’est ennuyant.
  • Ce n’est pas tout de suite applicable aux pratiques.
  • Les japonais n’apprennent pas le kanji de cette manière.
  • Sans avoir le vocabulaire, apprendre des kanji, c’est un coup d’épée dans l’eau.

Je me suis dit qui veut apprendre le Kanji avec un gros bouquin qui énumèrent simplement une grande quantité de Kanji (environs 2,000 kanji) avec des traductions et quelques usages ?
Si vous avez un niveau intermédiaire (JLPT N2 – N1), cela vous servira comme un dictionnaire.

 

Apprendre le kanji un par un avec deux, trois prononciations doit être vraiment dur. Au début on ne sait même pas comment l’utiliser.C’est l’alliance d’un kanji avec un autre qui change la prononciation.Donc vous devez forcément mémoriser avec des usages ou des exemples.
Au moins que vous soyez un grand fan de Kanji, cela vous découragera facilement.

Dans certains livres de kanji, environs 2,000 kanji sont complets pour réussir le JLPT N1. Mais au début, il suffit de connaître des kanji basiques (environs 100) avec des exemples.

Il vaudrait mieux commencer par une petite montagne ( le niveau 5) pour que vous puissiez atteindre le sommet de l’Everest (le niveau 1) .

Comme le proverbe japonais

‘急がば回れ isogaba maware : Hâte toi lentement.’

Il faut se concentrer sur les premiers 100 kanji pour le niveau 5.

Au Japon on commence à apprendre 80 kanji simples en un an dès le C.P.
On appendre Kanji un par un avec des dessins. C’est plus facile de saisir des sens de cette manière. Puis on apprend comment s’écrire avec des bons ordres.
Chaque fois on a un petit test et s’il y a des fautes, le professeur nous fait écrire chaque Kanji 20 ou 30 fois jusqu’à ce que nous maîtrisions les kanji.Sans écrire des kanji, il me semble très difficile d’en retenir.Avant que votre cerveau retienne les kanji, votre main les retient.

 

Je vous recommande de commencer à étudier des kanjis après avoir appris un vocabulaire basique ou les kanji et le vocabulaire en même temps.

  • Un apprentissage idéal de Kanji est comme suite
    1. Apprendre le vocabulaire
    Ex : manger (fr) – たべるtaberu (jp)
    2. Apprendre la signification (pas la prononciation dans cet étape)
    Ex : 食 (kanji) – ça signifie ‘manger’, ‘alimentaire’…
    3. Reconnaître la prononciation par un exemple, un usage, un exercice.
    Ex : 食べる- ( ? ) beru
    食 – le sens ‘manger’ , ‘alimentaire’
    manger – taberu, alimentaire – ‘tabemono’ ‘shokuryou
    alors
    食べる – ( ? )beru = taberu ?(manger) ou tabemono, shokuryou ?(alimentaire)
  • べる – ( ? )beru = taberu le mot qui signifie ‘manger’ ou ‘alimentaire’ termine par BERU et la terminaison est identique à Taberu(manger) donc dans ce cas la prononciation est « ta »
    べる = taberu

Si vous avez déjà le vocabulaire, ce sera plus simple de retenir des kanji basiques.

Pour réussir le JLPT N5 il suffit d’apprendre la centaine de mots avec des Kanji, alors vous obtiendrez 90% de points dans la sectionne de Kanji.

J’ai dit que c’est inutile d’acheter de livres de kanji mais certains livres vous serviront comme un dictionnaire ou un livre auxiliaire.Comme je viens de vous dire, ce n’est pas forcément nécessaire d’en acheter pour le début sinon il finira probablement par dormir dans votre bibliothèque.

J’apprécie beaucoup les étrangers qui essaient d’apprendre le Kanji malgré une telle complexité.